Archives pour la catégorie RMPR

Rencontres NS IV 2022 La Rochelle – Appel à communication

« La place des morts chez les vivants, Architectures, Mémoires et Rituels, de la fin du Mésolithique à l’âge du Bronze »

4e Rencontres Nord/Sud de Préhistoire récente
La Rochelle (Charente-Maritime, Nouvelle-Aquitaine)
Du 27 au 30 avril 2022

Voir le site web dédié : rns4-larochelle.sciencesconf.org

Les Rencontres Nord/Sud de Préhistoire récente sont un lieu de partage et de réflexion rassemblant différents acteurs et institutions nationales, et ayant pour cadre chronologique la fin du Mésolithique, le Néolithique et l’âge du Bronze. Elles rassemblent l’Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze (APRAB), l’Association pour les Études Interrégionales sur le Néolithique (InterNéo) et les Rencontres méridionales de Préhistoire récente (RMPR).

Après un premier colloque, à Marseille en 2012, sur la méthodologie des recherches de terrain en Préhistoire récente (Sénépart et al. dir., 2014), un second, à Dijon en 2015, consacré à l’habitat du Néolithique à l’âge du Bronze en France et ses marges (Lemercier et al. dir., 2018) et un troisième, à Lyon en 2018, portant sur la circulation et les échanges d’objets et d’idées durant la Pré et Protohistoire européenne (publication en cours), les 4e Rencontres Nord/Sud se proposent d’aborder la question des relations entre les structures funéraires et leur environnement, de la fin du Mésolithique à l’âge du Bronze.
Les enjeux de ce colloque, qui se tiendra à La Rochelle du 27 au 30 avril 2022, seront notamment d’interroger la place du défunt et du sacré dans les sociétés et les paysages anciens, de discuter de l’organisation spatiale des sépultures isolées et des nécropoles, et de l’intégration de ces dernières dans le paysage et le monde des vivants. L’idée étant de balayer, d’un point de vue diachronique (continuités ? ruptures ?), l’évolution de la place du mort et du sacré dans les sociétés anciennes, de l’organisation des structures funéraires (tombes isolées, nécropoles) à l’intégration de celles-ci dans le milieu naturel et parmi les vivants. En d’autres termes, l’architecture funéraire, les pratiques d’inhumation et les objets associés dans les tombes sont l’émanation des organisations sociales et en ce sens elles nous instruisent sur les fonctionnements de ces sociétés.
Nous savons déjà que toutes les populations passées ne sont pas représentées dans les ensembles funéraires étudiés, toutefois les recrutements peuvent nous renseigner sur l’état de la société.

Trois thèmes principaux seront abordés sous forme de sessions :

Le mort

Cette première session concerne les gestes funéraires et le recrutement des individus.
Il sera pertinent de s’interroger sur la question de la variabilité des pratiques funéraires sur une même période chrono-culturelle et sur la longue durée en termes d’évolution, de continuité ou de rupture des pratiques sur des territoires comparables. Le polymorphisme, lorsqu’il est constaté, reflète le statut des défunts selon les périodes et les cultures. Comment comprendre les différentes pratiques funéraires, comme le passage de l’incinération à l’inhumation (et inversement), de la sépulture individuelle à la tombe collective, de l’inhumation isolée à la nécropole à l’échelle d’une période, ou d’une région dans les organisations socio-politiques ?
Si le recrutement des individus est un aspect essentiel à la compréhension des mécanismes sociaux, il est difficile à aborder pour les sociétés anciennes. Le développement de nouvelles méthodes d’investigation sur les squelettes eux-mêmes telles que les recherches sur l’ADN ancien mais également les analyses isotopiques du strontium par exemple, permettent d’aborder les relations de parenté, les sexes, les âges, les territoires d’origine et ceux sur lesquels ils sont inhumés, les régimes alimentaires, les migrations de population au cours de cette longue période.

Dans la tombe

Après l’examen du défunt lui-même et du traitement qui lui est accordé, il conviendra de se pencher sur l’organisation et la nature des mobiliers qui l’accompagnent dans la tombe.
La sélection des objets déposés amène à réfléchir sur la valorisation de certaines productions matérielles accompagnant les défunts. Les angles de réflexion sont nombreux et nous souhaitons privilégier les questions de la présence ou de l’absence des productions valorisées dans l’un des deux espaces (funéraire/vivant) ou bien
dans les deux, du rapport entre genre et typologie des matériaux d’accompagnement. Enfin, il nous semble essentiel d’introduire dans cette réflexion les approches fonctionnelles réalisées sur ces dépôts. Ainsi le croisement et la comparaison des analyses menées sur les mobiliers (céramique, parure, etc.) en contexte funéraire versus contexte d’habitat permettront d’aborder la place des productions matérielles/idéelles socialement valorisées et disposées dans les tombes.
S’agit-il d’objets déjà utilisés ou produits pour l’occasion ?
On pourra s’interroger, également, sur leur organisation dans la tombe.

Le mort parmi les vivants

L’intégration spatiale des lieux dédiés aux morts bénéficie aujourd’hui de moyens d’investigations puissants (prospections géophysiques par exemple) pour revenir sur l’espace consacré aux morts et au sacré et de son intégration au sein des territoires. L’architecture funéraire constitue un élément pour évaluer la visibilité des emplacements lorsqu’elle est monumentale, mais aussi de l’investissement consenti socialement dans la réalisation de ces constructions qui seront là aussi à mettre en perspective avec l’habitat.
De manière indirecte, il s’agira de s’interroger sur les choix des environnements naturels sélectionnés par les communautés humaines pour y inhumer leurs morts.
Quelle est la visibilité des monuments funéraires dans le paysage ? Délimitent-ils des espaces culturels ?
Il sera pertinent de présenter les durées d’utilisation des espaces funéraires et des nécropoles.
Qu’en est-il de la réappropriation d’anciennes sépultures néolithiques –tumulus ou grottes par exemple- réoccupées par des cultures différentes ? Existe-t-il une pérennité de certains espaces sacrés ?
La question des structures sans défunts (enclos circulaires, fosses avec dépôt particulier) sera également abordée sous l’angle de la taphonomie (érosion) ou d’une gestuelle volontaire ?

Pour chacune des sessions, les approches diachroniques (continuités / ruptures), à différentes échelles (défunt, structure funéraire, cimetière, territoire) et les synthèses au niveau de grands territoires seront privilégiées. Un moment sera en outre disponible pour la présentation des posters.

Cette année le colloque est organisé sous l’égide d’InterNéo, en collaboration avec l’APRAB et les RMPR, et en partenariat avec le service archéologique du Département de la Charente-Maritime. Il bénéficie du soutien du ministère de la Culture à travers la DRAC Nouvelle-Aquitaine, de l’INRAP, du CNRS, de l’ANR Monumen, ainsi que de l’Université de La Rochelle.
Les langues officielles du colloque seront le français et l’anglais. Les sessions accueilleront des communications orales et des posters.
Une journée d’excursion est prévue le samedi 30 avril (programme à détailler).
Le colloque sera en outre doublé d’une exposition rétrospective des découvertes majeures du Mésolithique à l’âge du Bronze en Nouvelle-Aquitaine.

Comité d’organisation : Vincent Ard, Françoise Bostyn, Sylvie Boulud-Gazo, Ewen Ihuel, Isabelle Kerouanton, Christophe Maitay, Gwenaëlle Marchet-Legendre, Vivien Mathé, Claude Mordant, Ivan Praud, Caroline M. Renard, Ingrid Sénépart, Ludovic Soler.

Comité scientifique : Vincent Ard, Françoise Bostyn, Sylvie Boulud-Gazo, Jessie Cauliez, Patrice Courtaud, David Fontijn, Muriel Gandelin, Ewen Ihuel, Isabelle Kerouanton, Philippe Lefranc, Christophe Maitay, Gwenaëlle Marchet-Legendre, Vivien Mathé, Claude Mordant, Rebecca Peake, Ivan Praud, Caroline Renard, Mafalda Roscio, Stéphane Rottier, Ingrid Sénépart, Ludovic Soler, Corine Thévenet.

Les propositions de communications sont à envoyer avant le 1er novembre 2021, à l’adresse suivante : rns4-larochelle@sciencesconf.org

Report des RMPR de Rodez en 2021

En raison des conditions sanitaires actuelles et des préconisations préfectorales du département de l’Aveyron et municipales de la ville de Rodez où devaient se tenir les 13es RMPR, nous sommes au regret de vous annoncer le report des Rencontres du 22 au 25 septembre 2021 dans les mêmes lieux.

Le nouveau programme sera bientôt disponible.

Très cordialement
Les RMPR

Appel à communication pour les XIIIes Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Rodez 2020

Les XIIIes RMPR auront lieu à Rodez (Aveyron), du 18 au 21 novembre 2020

C’est le premier colloque à thème du nouveau fonctionnement acté en assemblée générale de l’association lors des IIIes Rencontres Nord-Sud de Lyon, qui voit les Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente se décliner dorénavant en deux sessions en alternance, un colloque à thème et une journée d’actualité. La première journée d’actualité s’est déroulée à Marseille le 8 novembre 2019.

Téléchargez l’appel à communication (À renvoyer avant le 31 mars 2020)

La ville de Rodez et son Musée Fenaille, au cœur de l’Aveyron, constitue sans doute un des lieux les plus inspirants en Europe pour se rencontrer et discuter de l’architecture et de la statuaire néolithique et protohistorique en pierre, et par extension du rôle que joue ce matériau dans la vie et l’imaginaire des sociétés du Néolithique et de la Protohistoire méridionale, notamment avec l’émergence du mégalithisme. Le colloque propose donc d’aborder l’utilisation de la pierre dans les constructions pré-‐ et protohistoriques, aussi bien en contexte domestique que funéraire, à travers des approches méthodologiques variées inspirées de celles employées pour des périodes plus récentes, telle que l’archéologie du bâti par exemple. La confrontation avec d’autres matériaux, comme la terre, permettra de questionner les intentions des bâtisseurs et d’identifier également des traditions techniques et culturelles.

Par ailleurs, par le biais de ce matériau, nul par ailleurs l’homme néolithique ne se sera autant représenté lui-‐même. Il s’agit d’un cas unique qui fait des statues‐menhirs, ces figures immobiles et muettes en apparence, les témoins à la fois de la vie quotidienne et de la pensée symbolique des populations méridionales de Préhistoire récente. Parallèlement, les études portant sur l’architecture mégalithique connaissent actuellement un important renouvellement avec des méthodologies et des outils de recherches innovants qui conduisent à de nouveaux questionnements, notamment sur le pourquoi de leur existence. Il s’agira donc de regarder, au-delà des traditionnelles et légitimes questions de chronologie ou de pratiques funéraires, le projet architectural mégalithique en le considérant à la fois comme un système technique à part entière et une production symbolique. Autrement dit, il s’agira de définir comment les techniques d’acquisition de transformation et d’utilisation du matériau mégalithique ont été mises à contribution pour produire du sens.

Afin d’aborder ces problématiques du « comment » construire et surtout du « pourquoi », trois sessions sont prévues. La première porte sur la question des études technologiques et des chaines opératoires sur l’ensemble des constructions en pierre (maisons, ensembles mégalithiques, statues-menhirs, etc…) ; la seconde est consacrée à l’usage de la pierre associée à d’autres matériaux, dont la terre, dans les mondes domestiques et funéraires ; enfin, la dernière s’intéresse aux différentes formes de représentations symboliques et leur évolution.
Dans chaque session, les apports de l’anthropologie sociale et de l’ethnoarchéologie sont les bienvenues.

Comme à l’accoutumée, la session thématique sera suivie d’une session portant sur l’actualité de la recherche dans le sud de la France au travers de contributions (communications orales ou posters) portant sur la Préhistoire récente (du Mésolithique à l’âge du Bronze).

Appel à communications pour la journée d’actualité 2019

Prochaine journée d’actualité : auditorium du Musée d’Histoire de Marseille, 8 novembre 2019, 9h30-18h

Comme acté en assemblée générale de l’association lors des IIIe Rencontres Nord-Sud de Lyon, les Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente se déclineront dorénavant en deux sessions en alternance, un colloque à thème et une journée d’actualité. La première journée d’actualité se déroulera à Marseille le 8 novembre 2019 et le prochain colloque à thème à Rodez en 2020.

Téléchargez l’appel à communication

Musée d’Histoire de Marseille
2 rue Henri Barbusse
13001 Marseille

Informations pour les intervenants :

    Les Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente se déclinant dorénavant en deux sessions, des changements interviendront par rapport aux dernières rencontres :

  • Le temps imparti à chaque communication sera de 20 minutes au maximum, soit 5 minutes de plus qu’auparavant ;
  • Une communication ouvrira droit à un article de 45000 signes tout compris (texte, espaces, figures, légendes, bibliographie et résumé) ce qui correspond au volume accordé aux communications thématiques des 12e RMPR ;
  • Le colloque se déroulant au Musée d’Histoire de Marseille, nous ne pouvons accepter de présentation sous forme de poster, le lieu ne s’y prêtant guère.

Le rendu des articles étant attendu pour le début de l’année 2020, les intervenants doivent veiller à prévoir la rédaction dans leur planning. Pour les agents de l’Inrap, n’oubliez pas de demander les
jours PAS nécessaires en 2019…

Publication des RMPR de Bayonne

La publication des RMPR de Bayonne vient de sortir aux AEP ! L’ouvrage sera disponible lors des IIIes Nord-Sud la semaine prochaine.

« Entre deux mers » & actualité de la recherche, sous la direction de Pablo Marticorena, Vincent Ard, Anne Hasler, Jessie Cauliez, Christophe Gilabert et Ingrid Sénépart. Actes des 12e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) du 27 septembre au 1er octobre 2016. Archives d’Écologie Préhistorique, Toulouse, 2018.

En organisant les 12e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente à Bayonne en 2016, nous souhaitions mettre l’accent sur le sud-ouest de la France, région souvent absente des synthèses nationales et peinant à attirer les regards de la recherche.
Les contributions répondant au thème proposé, « Entre deux mers », mettent en lumière un espace géographique entre Atlantique et Méditerranée, du Mésolithique au début de l’âge du Bronze, au travers d’études synthétiques fondées sur les découvertes les plus récentes. Ces études offrent également l’opportunité rare de mettre en perspective les données issues des deux versants des Pyrénées. Comme à l’accoutumée, la session thématique est suivie d’articles d’actualité offrant un panorama des découvertes récentes de la Préhistoire récente du sud de la France. Cette actualité est ici déclinée en deux parties, la première régionale et la seconde à l’échelle du Midi.

Consulter la table des matières. Commander l’ouvrage.